Exposition VERTIGO du 10 mai au 10 juillet 2014

               L’Espace Gred est heureux d’accueillir l’exposition VERTIGO

               réunissant : Nina Childress, Jean-Luc Blanc et Olivier Gredzinski .

               Cette exposition sera suivie de rencontres et d’interventions autour de la peinture

               durant tout l’été jusqu’au 20 septembre.

DSC04447b

DSC04440b

L’EQUITABLE PARTITION DES PASSIONS CONTRARIEES

« Ne pas se lasser du bridge pour accepter la belote » Olivier Gredzinski

Trois artistes pratiquant la peinture,

ayant recourt à des images photographiques préexistantes vous sont proposées à l’Espace GRED autour de l’idée de vertige,

ce mot pluri-sémantique recouvre un ensemble d’entendement divergent,

en effet Nina Childress Olivier Gredzinski, Jean-Luc Blanc s’interrogent

sur la diversité que recouvre ce mot dans leur pratique.

Toute « image » peut représenter un focus une partie du tout contrarié par l’émotion que la peinture ajoute

comme un filtre via le médium en son traitement de l’image.

Le vertige est considéré comme une pathologie face au réel tangible

et la peinture peut être aujourd’hui considérée comme une pathologie face à l’origine des images

« l’image d’après » l’image qui vient.

Alfred Hitchock dans le cultissime VERTIGO évoque la passion amoureuse morbide

associée à cette disfonctionnalité  physiologique la perte d’équilibre.

Le vertige est un changement de vitesse par rapport à un état d’équilibre une perte de contrôle où le temps s’affole en un tourbillon de force trompeuse,

là où l’imaginaire supplante la raison, le résultat de cette opération ouvre sur un lyrisme de tourment

et de grâce d’angoisses et de passions considérées  comme un des beaux-arts.

Nous pourrions dire que la peinture serait le vecteur de ce passage entre en amont

un médium «  stabilisé » le sujet photographique

et  dans un deuxième temps deviendrait le sujet du sujet la deuxième personne.

La première personne n’existe plus le double règne en un simulacre stimulant, le trouble.

Jean-Luc Blanc

 

wpid-img_5443.jpg

 

Intervention de Maya Abouzeid