Jean-Robert CUTTAIA

 

Le mode du Je
ou la vie rêvée de Jean-Robert

Au départ un désir : celui de déplacer très légèrement le champ de l’autoportrait, et de le faire basculer vers l’image. Ainsi, plutôt que de se mettre lui-même en scène en composant différentes attitudes ou situations, Jean-Robert Cuttaïa a préféré garder ses distances et prêter ses traits à la figurine d’Action Joe (une poupée mannequin articulée de 30 cm de haut). Ce changement d’échelle, digne des aventures de Gulliver, modifie le statut de l’autoportrait qui se voit ramené à une simple image, à la fois convenue et ambiguë. En installant la poupée dans de vrais paysages ou dans des scènes d’intérieur, Cuttaïa crée les conditions d’une fiction, ou plus précisément, celles d’une autobiographie romancée. Paradoxalement, il n’arrive rien d’extraordinaire à la poupée « Jean-Robert », et presque rien qui ne pourrait arriver à l’artiste lui-même… Projection ou transfert, ici la limite entre réalité et fiction n’a pas réellement d’importance.