Nina Childress

Née en 1961 à Pasadena (États-Unis), Nina Childress est peintre, et place sa pratique dans le cadre d’une « peinture sur la peinture ». De sa période punk avec le groupe Lucrate Milk puis le collectif Les Frères Ripoulin, à l’étude d’icônes féminines telles que l’auteur Simone de Beauvoir ou l’impératrice Sissi d’Autriche, en passant par la représentation d’un pur motif (chevelure, savon) décontextualisé, l’artiste poursuit une recherche non dénuée d’humour et de provocation. Plus récemment dans son travail, sont apparues des figures féminines érotiques et vertes, peut-être à mettre en scène par la pensée dans le cadre de ce « Rideau vert » ?

 

Rideau Vert

 

EXPOSITION PARTITION DES PASSIONS

L’Enfer du décor

« Messieurs, de grâce, suis-je invisible ? »
– Le Fantôme

L’espace Gred présente Partition des Passions, premier volume d’une
exposition en deux temps. Toutes les œuvres y sont disposées autour
du Rideau Vert de Nina Childress.
A l’instar de la peinture de Sylvie Fanchon, où le titre de
l’exposition nous apparaît en lettres négatives, l’exposition propose
un éventail d’œuvres présentant en creux une réflexion sur le perçu
et le perdu de ce que l’on voit.
De mauvaise augure au théâtre, la couleur verte rayonne ici dans une
représentation où chacune des dix œuvres présentées seraient autant
de scènes d’une pièce fantôme — l’équitable partition des passions
contrariées.

Jean-Luc Blanc, 2014

 

http://www.ninachildress.com/

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

851-jenu

Jenu — 200 x 160—  huile sur toile — 2011

EXPOSITION VERTIGO :

Toute « image » peut représenter un focus une partie du tout contrarié par l’émotion que la peinture ajoute

comme un filtre via le médium en son traitement de l’image.

Le vertige est considéré comme une pathologie face au réel tangible

et la peinture peut être aujourd’hui considérée comme une pathologie face à l’origine des images

« l’image d’après » l’image qui vient.

Alfred Hitchock dans le cultissime VERTIGO évoque la passion amoureuse morbide

associée à cette disfonctionnalité  physiologique la perte d’équilibre.

Le vertige est un changement de vitesse par rapport à un état d’équilibre une perte de contrôle où le temps s’affole en un tourbillon de force trompeuse,

là où l’imaginaire supplante la raison, le résultat de cette opération ouvre sur un lyrisme de tourment

et de grâce d’angoisses et de passions considérées  comme un des beaux-arts.

Nous pourrions dire que la peinture serait le vecteur de ce passage entre en amont

un médium «  stabilisé » le sujet photographique

et  dans un deuxième temps deviendrait le sujet du sujet la deuxième personne.

La première personne n’existe plus le double règne en un simulacre stimulant, le trouble.

Jean-Luc Blanc.

 

DSC04470b

Drap 1 — 27 x 22 — huile sur toile — 2011

 

DSC04471

Drap 2 — 27 x 22 — huile sur toile — 2011

 876

Kurdish cactus —116 x 81 cm — huile sur toile — 2012

Autour du rido 2